La sonnerie.

Dimanche soir.

20h.

Bus 183.

bon-dé.

Une sonnerie retentit.

C’est LA musique de Stars wars. 

J’esquisse un leger sourire.

(Mon voisin quant à lui n’a pas l’air de trouver cela drôle vu l’air dédaigneux qu’il lui a adressé, le prenant de haut.)

Je reste intriguée, me demandant à qui cela peut-il être…

Pas le temps d’imaginer la personne, que ni une ni deux, elle décroche et s’exclame :

 « Mhm moui allô ? Aahh c’est le livreur ?! Nous ne sommes pas encore chez nous, vous pouvez laisser le paquet devant la porte xx au 4ème étage. Merci bien !» 

C’est Jean-Eude* qui a répondu.

(J’ai choisi d’l’appeler comme ça hein, je ne l’ai pas interpelé, entendons nous bien.) C’est un p’tit mec style 1er d’la classe. 

** 

Une sonnerie rythmée se déclenche alors.

C’est mon voisin, tout géné, son visage se decrispe, il n’en mène pas large désormais. 😉 

Publicités

La malice(Pierre, feuille, ciseaux)

​C’est sans le son, mes écouteurs dans les oreilles (musique: Kiaara – Gold) que je les observe, ils sont complices et ne se soucient pas de ce qu’il se passe autour d’eux. 

Cette maman et son petit boy jouent dans la rame à ce jeu connu de tous, sans besoin de matériel, si ce n’est de ses deux mains. L’ennui ne s’installe pas et leurs yeux en disent bien plus que leurs paroles. Ce petit gars est adorable, très vif. 

Ils sont beaux et je prend plaisir à les regarder, comme devant une toile animée. C’est simple, c’est pur, c’est beau.

Surprise !

Un groupe d’enfant monte dans ma rame de métro, je panique déjà à l’idée du bruit qui va émaner de ces petits monstres…
Et là,

 rien d’alarmant,

 ils discutent, sont calmes et je fait signe à l’une des accompagnatrice, arborant une moue digne d’obama (le fameux « not bad ») lui montrant ma surprise. 

Elle me regarde en rigolant et l’on dit en parfaite synchro  » c’est la chaleur 😉  » hahahaha😂
Bonne semaine de canicule ! 

​Le câlin protecteur d’une grand-mère à sa petite fille…

[Ligne 6, il y a plusieurs jours.]

Comme si elle la protégeait du monde exterieur, de son innocence,de sa naïveté. 

Le sourire rassurant et la chaleur d’une personne chère à notre coeur. 

Les étoiles dans les yeux et la bienvellance. Les visages alors crispés se detendent et l’esquisse d’un large sourire se pose. Communicatif. Ça me fait du bien de les voir. Je me sens bien dans cette rame de métro si anodine. Certains rigolents, écoutent de la musique ou lisent les livres au dessus des épaules des voisins.

C’est la vie. 

On est tous dans le même train, et on avance ensemble. Même si au final nos chemins se separent nous avons partagé un moment, un instant, un sourire, une émotion…

Pernety ➡ Vitry

​Ce soir j’ai passé une bonne soirée.

Avec deux amies dans un restau cosy, avec de bons plats, des desserts, puis une pinte en terrasse dans cette ville qui est la nôtre, ( » ah bah si c’est le nôtre alors!) sans stress, ni angoisse juste trois nanas qui discutent un peu fort et qui rigolent à gorges déployées dans la capitale. 

Une blonde, une brune, et une rouge, tout sourire.

C’est en allant aux toilettes -pause pipi oblige- que j’aperçois l’écran pub dont elles viennent de me parler. Je rigole, et je fais ce que j’ai à faire m’voyez. Je remarque le code promo proposé aux client du bar, pour rentrer en taxi avec chauffeur privé. Je connais de nom mais j’avoue qu’à 23h15 j’ai un peu la flemme de rentrer en métro ayant 3 changements et un minimum de 45mn de trajet… « au mieux »

Une fois de retour en terrasse je decide de télécharger l’app et de faire une simul de mon trajet bar-maison.

Verdict 14e70. Avec un code promo à 15e sur ma première course: que demande le peuple! Je valide. Mon chauffeur aura une Mercedes classe C et arrivera dans 10mn environ.
On rigole encore et encore avec mes Moniques et le voilà! 
Je monte et nous papotons.

Je me sens bien, il est professionnel souriant, et nous parlons ensemble. Je lui explique que je n’avais pas envie de rentrer en métro, qu’il y a souvent des soucis d’ailleurs et que, ayant pu partir une semaine en vacances, j’ai pu sentir la différence de climat, d’atmosphère avec le plan vigi et l’état d’alerte ici à Paris face au calme et à la douceur de vivre de Tenerife. Ce monsieur est marocain et vit en france depuis 26ans. Il a déjà 9 métiers différents à son actif et il semble assez choqué de ce qu’il se passe en France et notamment au sujet de l’emploi, la sécurité..la politique.

Le trajet passe vite car nous discutons, je reconnais déjà le chemin. 

Je ne sais plus trop comment mais je lui ai dit que j’étais pour ma part à la recherche d’un emploi, et que ce n’était pas évident, il m’a dit combien c’était simple avant… sans CV, ni diplômes.

On parle respect, tolérance, religions, on parle de tout, sereins, comme dans sa bulle dans son taxi, c’est très enrichissant et c’est apaisant. 

Il est de ceux qui se font rares, ces gens d’une bonté infinie, qui ont tout compris à la vie. Il est de ceux qui se fera (et s’est déjà fait) insulter mais qui ne répondra pas, de ceux qui se lèvent tôt chaque matin et qui profitent de ce que la vie a à leur offrir, un vrai moment d’apaisement que cette course en taxi de Pernety à Vitry.

On arrive presque à destination, et il me dit de me recentrer de m’écouter, il me conseille «d’ouvrir la fenêtre de regarder les étoiles et de réfléchir à ce que je voudrais apporter dans mon métier» de m’entourer de gens qui visent le haut, de gens biens, de gens qui t’entrainent vers le haut pour grandir avec eux.
Je tend à croire qu’il n’y a pas de hasard, et cette rencontre inopinée a été la cerise sur le gâteau d’une belle soirée débutée avec mes deux amies.

Cet inconnu si sincère et si sage, a illuminé ma soirée. J’avais envie, besoin, d’écrire ceci, pour le remercier sincèrement car ses paroles m’ont fait chaud au coeur. Autant de bienveillance et d’apaisement en 25mn de trajet…une pure merveille.
Je ne cherche pas à connaître les raisons qui ont fait que je suis tombée sur CE chauffeur,  je ne me demande pas pourquoi il m’a dit TOUT cela. Je suis juste étonnée, et reconnaissante car il ne s’imagine pas à quel point tout cela m’a fait du bien. 
M E R C I Monsieur.

Mais où est passé le respect ?

« Dans ton cul » me diront les plus poètes d’entre vous.

Nan vraiment, depuis quelques temps je me pose cette question. Et d’autant plus dans les transports en commun, quand lorsqu’il fait trop chaud, qu’il pleut, qu’il est tard et tout les pretextes que vous voudrez, les gens s’énervent et s’entassent dans des bus, trams, et métros quitte à y laisser un poumon.et à créer des incidents

Pour la petite histoire et parce que j’aime illustrer mes propos avec des vraies moments de vie voici la suite :

Ce soir je dois prendre la 13, cette ligne que je ne porte clairement pas dans mon coeur, et pour cause: ultra bondée, et qui pue -cimer albert-.
Je n’ai que trois stations (et c’est déjà trop) et pourtant j’assiste à nouveau à un « beau » spectacle: Le marquage au sol indique sur le quai où seront les portes du metro, naturellement je me poste à l’une des extrémité de façon à laisser descendre les passagers. C’etait sans compter cette femme sans gêne, d’une cinquantaine d’années qui me passe allègrement devant pour entrer dans ce métro qui déborde litteralement de passagers avant de laisser descendre ceux-ci. Je pense « ah bah ça va tranquille » mais je la ferme.
Puis, à la station suivante, beaucoup descendent ce qui laisse de la place pour s’asseoir, et trois jeunes garçons (maximum 12-13 ans) sautent tels des lions affamés sur des gazelles en pleine savane. L’un des jeunes, frappé par la foudre divine me semble-t-il s’exclame « on devrait p’tet d’mander à la dame si elle veut s’asseoir » à son ami de repondre « ouai aux handicapés tu veux dire hahahaah ». Outrée, je ne dis rien mais mes sourcils parlent pour moi mais j’observe la scène : un homme d’une soixantaine d’années avec un accent québécois adresse un mot à la fameuse dame lui disant ô combien les choses avaient changées. Que c’était inadmissible ! J’attendais avec envie la réponse de celle-ci qui m’a grandement étonnée. « Ô ne generalisons pas, y’en a qui pensent à demander vous savez, mais vous êtes d’où, vous avez un petit accent, non? »
***
Dans la 7 une femme en béquilles avec ses courses a failli se faire pousser hors du métro parce que la porte de celui-ci etait coincée et que deux personnes avaient peu de temps pour descendre à la station désirée. C’est bien connu, il est plus naturel de violenter quelqu’un que d’avoir une station de plus a effectuer.
***

Je suis choquée de voir le comportement de chacun, de voir combien on en vient à ne plus se soucier ni du respect que l’on se doit de porter à autrui dans le simple fait que l’on partage tous les transports en communs et par extension, cette planète.
Comme l’impression que chacun devient de plus en plus égoïste, et totalement jemenfoutiste à l’égard des gens qui vivent autour.
Suis-je la seule à penser que pour exiger le respect il faut d’abord  respecter autrui?
Finalement, ne pas respecter les autres ne serais ce pas un manque de respect envers soi même?

Une belle leçon …

En live.
Bus 183.
18h35.

Un enfant courre et frappe la vitre de la porte côté conducteur ,à l’extérieur, alors même que le bus est en marche.
Le conducteur s’arrête, ouvre la porte et alors même que l’ado crie à ses copains de venir le conducteur se lève de son fauteuil et hurle au gamin : « tu ne crois pas qu’il y a un problème là? »
Le gamin effrayé s’éloigne de la porte. Ses amis sont derriere lui.
Le conducteur lui dis alors de sa grosse voix « monte dans le bus que je t’explique » le gamin apeuré ne dit mot. Lui qui hurlait et frappait si fort le bus, est a présent silencieux. Bouche bée. Je me suis même demandée s’il ne s’etait pas pissé dessus.
Le gamin s’éloigne , flippé a l’idée même de monter dans ce bus.
Le conducteur s’est rassis, a fermé les portes et puis est reparti.

Silence.

Un léger sourire s’affiche sur mon visage, pas totalement assumé.

Je pense que le gamin n’a pas compris la leçon.
Son comportement est dangereux et totalement inappropri, et irrespectueux envers ce conducteur de bus.

Smile me a river

Ligne 8. 23h
En rentrant du musical Madiba auquel j’ai été invitée.
Un homme entre dans le wagon.
il ne demande pas d’argent, il demande des sourires, et surtout, surtout qu’on ne l’ignore pas.
Les gens sont gênés, mal à l’aise car cette demande est…surprenante.
Je l’entends, et de loin je me mets à sourire de toutes mes dents, spontanément, car je trouve que ça démarche est belle.
Un réel besoin d’argent mais surtout un vrai besoin de reconnaissance. Un jeune homme qui inspire le respect et qui fait passer son message: si les gens ne peuvent pas l’aider d’une pièce, il accepte volontiers les sourires.
D’une simplicité, d’une legereté, d’une sincérité …
Bref j’ai été émue aux larmes alors même que j’arborais mon plus beau sourire en guise de remerciement pour ce moment riche en émotions.
Merci à vous.
Une belle leçon de vie à mon humble avis.

Smile.

Hier soir, bus 183. 20h.

On le sait, pendant les vacances scolaires c’est la misère dans certains transports.
Globalement les temps d’attentes rallongent et le nombre de personnes à bord s’amassent.
Hier, j’ai dû me tenir, le bras en l’air pour ne pas m’effondrer sur la dame assise avec ses courses.
C’est à ce moment là que le conducteur a pris la parole :  » bonsoir à tous, je sais, on est tous fatigués, personellement c’est mon dernier trajet de la journée, alors si vous pouviez vous serrer, – vous pouvez en profiter pour quelques câlins si vous voulez – Histoire qu’on ne reste pas une éternité à chaque arrêt et que tout le monde rentre chez soi au plus vite, bisous bisous! »

Bref, j’ai ha-llu-ciné …ca faisait si longtemps ! En tout cas j’ai bien rigolé. Merci.

Chacun sa madeleine

Bus 183.

Alors même que je suis en train de finir d’écrire mon récit du matin, je suis interpelée par le son qui émane d’un jeu musical pour enfant, là devant moi.
Cette musique qui, un peu à la façon de la madeleine de Proust me rends tout a coup nostalgique.
Des images rassurantes me viennent alors, et je ne peux m’empêcher de sourire, d’une manière sûrement quelque peu niaise pour quiquonque me regarde.

Les paroles vous rapelleront peut être quelque chose à vous aussi:

Ah ! vous dirai-je, maman
Ce qui cause mon tourment ?
Papa veut que je raisonne
Comme une grande personne
Moi je dis que les bonbons
Valent mieux que la raison.

Elle résonne en moi cette chanson, elle qui me semblait n’avoir aucun sens me semble tout a coup en prendre un.