La sonnerie.

Dimanche soir.

20h.

Bus 183.

bon-dé.

Une sonnerie retentit.

C’est LA musique de Stars wars. 

J’esquisse un leger sourire.

(Mon voisin quant à lui n’a pas l’air de trouver cela drôle vu l’air dédaigneux qu’il lui a adressé, le prenant de haut.)

Je reste intriguée, me demandant à qui cela peut-il être…

Pas le temps d’imaginer la personne, que ni une ni deux, elle décroche et s’exclame :

 « Mhm moui allô ? Aahh c’est le livreur ?! Nous ne sommes pas encore chez nous, vous pouvez laisser le paquet devant la porte xx au 4ème étage. Merci bien !» 

C’est Jean-Eude* qui a répondu.

(J’ai choisi d’l’appeler comme ça hein, je ne l’ai pas interpelé, entendons nous bien.) C’est un p’tit mec style 1er d’la classe. 

** 

Une sonnerie rythmée se déclenche alors.

C’est mon voisin, tout géné, son visage se decrispe, il n’en mène pas large désormais. 😉 

Smile.

Hier soir, bus 183. 20h.

On le sait, pendant les vacances scolaires c’est la misère dans certains transports.
Globalement les temps d’attentes rallongent et le nombre de personnes à bord s’amassent.
Hier, j’ai dû me tenir, le bras en l’air pour ne pas m’effondrer sur la dame assise avec ses courses.
C’est à ce moment là que le conducteur a pris la parole :  » bonsoir à tous, je sais, on est tous fatigués, personellement c’est mon dernier trajet de la journée, alors si vous pouviez vous serrer, – vous pouvez en profiter pour quelques câlins si vous voulez – Histoire qu’on ne reste pas une éternité à chaque arrêt et que tout le monde rentre chez soi au plus vite, bisous bisous! »

Bref, j’ai ha-llu-ciné …ca faisait si longtemps ! En tout cas j’ai bien rigolé. Merci.

TIPS To Survive

Le métro, c’est un peu beaucoup la jungle, alors pour te protéger tu sauras qu’il ne faut pas se laisser faire, et riposter sans plus attendre:

 

  • La barre n’est ni une barre de pole dance, ni une barre pour poser votre dos très cher(e)s. Si vous avez la main coincée entre la barre -que vous tentez désespérément de tenir- et le dos d’une personne, n’hésitez pas à sortie vos phalanges, celles-ci rentreront superficiellement bien entendu  dans sa colonne vertébrale :  efficacité assurée.
  • « En cas d’affluence merci de ne pas utiliser les strapontins » (et ne faites pas genre  » I dont speak french » parce que c’est écrit en anglais, espagnol italien et allemand, on m’la fait pas à moi -EYES OF THE TIGER- alors on se lève et on se tait. Et si la personne ne se lève pas spontanément (99,9% des cas) n’hésitez pas à profiter d’une secousse du métro pour lui tomber dessus, ou utilisez votre sac à mains (ou à dos) pour lui défoncer la mâchoire, puis vous vous excusez (bah oui vous n’êtes pas un connard/une connasse dans le fond ou du moins vous lui faite croire en arborant un large sourire.
  • les gens malades çà calme aussi, alors, si vous voyez quelqu’un éternuer ou bailler sans mettre sa main, vous pouvez vous venger: péter lui au nez, çà lui fera les jambes tiens.

Et vous, quelles sont vos techniques ? n’hésitez pas à partager vos tips 😉

Prix Nobel De La Paix

çà c’est quand je suis dans les transports en communs, et que je vois:

tous les trucs aux cheveux grisonnants qui pourraient justifier de la nécessité à s’asseoir un vieux/une vieille 

– une femme enceinte (désolé les hommes enceints c’est pas pour tout de suite)

– quelqu’un avec des béquilles

et que je propose ma place assise (quand je dis MA j’entends celle ou est posé mon derrière l’espace d’un instant)

Le visage de la personne passe souvent de jefaistellementlageulequejaidesrides à quelavieestbelle, tout çà parce que j’ai proposé ma place assise, chose qui devrait être un acte totalement commun.

Faut croire que la politesse & le respect se perdent.

Suis-je bête, ces mots ne désignent plus que des concepts abstraits pratiqués uniquement par des fous, comme moi quoi.

La chieuse

La chieuse entre dans le wagon avec son pote, son mec appelez comme bon vous semble.

Elle pousse le peuple et arrive vers moi déjà faxée contre la vitre opposée,

elle parle bien fort pour raconter comme elle est brillante (que voulez-vous, le savoir c’est comme le pâté moins on en a plus on l’étale! version confiture existante mais pour le coup le pâté lui convenait bien)

et là elle se colle à moi ,genre, c’est pas comme si y’avait d’la place (pour une fois), j’me sens mal du coup parce que j’ai pas d’espace et de voir qu’elle me vole de la place pour respirer pépère çà me gonfle, je prends sur moi (comme souvent malgré ce que vous pensez) et là le métro freine, et vous devinerez jamais qui ne se tenait pas ? j’vous la donne en mille: LA CHIEUSE. (d’où son nom, çà y est vous devenez presque bon les gens) 

Elle me tombe dessus (et m’écrase le pied de tout son poids) histoire de ne pas juste me voler de l’air, elle me choppe aussi mes ondes positives (pour le peu qu’il reste) et mon gros orteil en bonus.

Là elle me regarde grand sourire, comme une conne,et baragouine un « désoleyyyy » digne des teen movies, celui que tu dis mais dont tu te fiches carrément. je la fixe droit dans les yeux, d’un regard plus noir que les cheveux de blanche neige, j’ai le visage fermé, je ne suis pas du tout d’humeur à rire. tiens toi à la barre, c’est JUSTE fait pour çà à la base. 

Note à la ratp: mettre un mode d’emploi des barres fixées dans le métro, quoi que pas sûr qu’elle sache lire.

 

 

La technique de drague

Vendredi soir, 23 heures, quai du Métro ligne 7.

La technique ?

S’approcher d’une femme sur un banc, et lui dire : »Mademoiselle, (faire signe d’enlever ses écouteurs/casques) j’vous vois depuis tout à l’heure à me draguer là, mais moi j’ai une copine alors la drague de la nana avec ses écouteurs qui écoute sa musique et n’entends rien on m’la fait pas à moi »

EUUUH mais encore?

 

Incompréhension puis fou rire avec mon homme sur le siège d’à côté.

 

Les haleines alcoolisés dès le matin, je pige pas là.

Le matin, je me dépêche pour attraper un métro, je rentre et comme chaque matin le métro est bondé 

Un mec rentre deux stations après moi et se colle là à côté de moi, le hic? il a une haleine qui pue l’alcool.

Dois-je préciser qu’il est 8h50 du MATIN? J’ai juste cru que j’allais lui vomir mon petit dej’ dessus.

Au moins il aurait senti meilleur.

 

Image

La connasse, la vraie. (déclinable au masculin.le tout au singulier ou au pluriel)

La connasse, la vraie. (déclinable au masculin.le tout au singulier ou au pluriel)

Je ne vous la présente pas hein, vous l’avez déjà surement croisée, celle qui vous pousse pour entrer dans la rame avant vous, pour poser son popotin, et qui, pendant que vous vous êtes resté debout tout le trajet vous pousse pour sortir avant vous, alors là, vous êtes en ébullition, et vous faite un truc stupide: vous la dépassez. Et comme vous êtes bien éduqué vous tenez la porte, et là rien. pas merci, ni un sourire ni rien. et là çà me donne juste envie de rembobiner et de lui tenir la porte puis au dernier moment de la lui claquer dans sa face. BIM. Voilà voilà.

Image

Le métro parisien, un vrai bordel.

Le métro parisien, un vrai bordel.

[Attention Coup de Gueule]

J’en ai marre de me presser, d’être dans le rush MÊME lorsque j’ai pris de l’avance sur mon trajet pour aller en cours, en stage ou autre à cause de problèmes à répétition,
C’est un peu la foire à la saucisse, et on nous dit ce qu’on veut bien nous dire,

petit florilège des problèmes qui ralentissent le trafic :

– incident grave de voyageur (comprenez SUICIDE)
– voyageur malade (comprenez MALAISE)
– colis suspect (comprenez Madame Michu a oublié son sac de courses Auchan, ou Madame Michu est étourdie et a laissé son sac de voyage dans le wagon)
– incident technique (comprenez: on ne sait pas ce qu’il y a alors on dit çà.)
– grèves (comprenez bah grève quoi.)